bormettes-ARGENTIERE-rose-global

Côte de Provence Rosé
l’Argentière

argentiere-plageLe domaine jouxte la plage de L’Argentière, dont le nom fait référence au passé minier du secteur des Bormettes. En effet les Phocéens exploitèrent ici le plomb argentifère dès le VIème siècle avant JC. Cette activité fut relancée en 1875 par le marseillais Victor Roux, alors propriétaire du Château des Bormettes, dont l’initiative fit la fortune de la commune de La Londe-Les-Maures. Si les mines ont fermé en 1929, quelques vestiges sur la propriété témoignent encore de cette époque, ayant inspiré le nom de cette cuvée, par laquelle le Château des Bormettes démontre toute sa singularité.
Vinification

L’assemblage de cette cuvée se compose majoritairement de jus de goutte de Grenache et de Rolle travaillés en macération pelliculaire, accompagnés de Syrah et Cinsault issus de pressurage direct. La récolte se fait essentiellement de nuit, afin de privilégier le potentiel aromatique et de diminuer les doses de sulfites. Les jus sont débourbés à froid pendant 48 heures en moyenne, la vinification et l’élevage se poursuivent intégralement en cuves béton thermorégulées. Le vin est gardé sur ses lies jusqu’à la mi-février au moins, développant son gras et sa structure.

 

.

Dégustation

Robe rose aux reflets perlés. Le nez est très expressif et gourmand sur des arômes de fruits rouges et de fruits à noyau, avec une dominante de pêche blanche, et un zeste d’agrumes. A l’aération il dévoile des nuances de fleurs et de melon, avec une touche épicée qui se développe après quelques mois de bouteille. La bouche est puissante, sur des saveurs de fraise, avec une vraie structure, du gras équilibré par une juste vivacité. Un rosé charnu, qui s’appréciera d’autant mieux à table. Il s’épanouira servi entre 10 et 12°C sur des viandes grillées, du veau aux olives, un porc au caramel à la façon vietnamienne, des plats méditerranéens relevés tels la paëlla, le couscous ou la bouillabaisse.

Comments are closed.

Facebook